IM 70.3

« …, j’ai droit à la banderole du premier. Je n’ai pas compris directement… »

Résumé (enfin si on peut appeler cela un résumé 😉 de Sacha De Bilderling

Au début de l’hiver, je conviens avec mon client des Philippines de venir le visiter. Depuis quelques années, il m’invite à prendre part à l’IM 70.3 de Cebu. Cette année, la course se fait aussi à Davao sur la grande île du Sud. Le parcours semble meilleur et plus fun. Le projet est de le faire ensemble. On imagine même prendre part au relais dans lequel je serais le nageur. En fin de compte, je m’inscris et me retrouve seul, mon client se cantonne à mettre l’ambiance sur le parcours.

Durant tout ma préparation, c’est l’hiver avec ses températures de saison et son paquet de neige. Bref, pas un seul km à vélo sur route, mais du ski de fond et du rouleau. Un grand merci à Nicolas d’Harveng #starttoday qui a su comment jongler avec mes déplacements et les conditions climatiques pour me préparer au mieux. Mes ambitions n’étaient pas grandes. Le but était de faire une course « entraînement » pour débuter la saison ainsi que de prendre un max de plaisir au soleil et d’arriver au stage de Ben en Espagne avec de bonnes jambes pour suivre les autres.

En outre, ce voyage s’inscrivait dans le cadre du travail. Les Philippines sont une première étape à la suite de laquelle je poursuis sur le Canada. Afin d’éviter à mon vélo des risques inutiles de transport autour du monde, j’ai tenté au mieux de trouver un vélo sur place. Par bonheur, mon client me propose son tout nouveau vélo CLM (contre la montre), un Cervélo P3 qu’il a à peine essayé ! Par contre, c’est un taille XS. Une fois à Davao, la magie des Philippines opère. Mon client avait booké un passage chez le revendeur Cervélo de la ville. On change le pédalier (165mm contre un 170mm), on remplace la potence trop petite, on ajuste la hauteur de selle et procède à un positionnement complet ! C’est géant, le vélo est parfait, tout neuf ! Je place juste ma selle (on garde ses petites préférences…), et c’est parti pour un tour de chauffe, dans le trafic local. En 1 heure, je deviens tout noir de pollution ! J’ai cru étouffer. A 10h du matin, je transpirais comme une séance de home trainer (habituel) mais sans le ventilateur ! La course s’annonce compliquée.

Le matin de la course, je me dis qu’on va se faire plaisir dans l’eau et sur le vélo sachant que la chaleur allait me faire très mal sur le semi-marathon. Je prends mon petit déj (Gatosport 😊, pas de risque inutile) et on s’aligne dans le premier groupe de nageurs. Rapidement, je prends mon rythme dans une eau à 27 degrés, encore mieux qu’à Hawaii. Malgré le courant, je dépasse et me retrouve devant avec les meilleurs. J’ai fait une très bonne natation, super sensations, pas trop crevante. Le temps, par contre n’est pas super. Je fais 29 min, 2 à 3 min de plus que d’habitude. Je mets ça sur le compte du courant.

Swim1 [89381090]

Après la transition, je me retrouve vite seul sur la route. C’est seulement après 30 km, le nez dans le vent, qu’un groupe de 6 jeunes me dépasse. Je les accroche et ça me fait beaucoup de bien au moral. Jusqu’à la moitié, je n’ai que 33km/h de moyenne. Le retour s’annonce plus sympa avec le vent de dos. On n’a pas quitté les 42 à 45 km/h sur le retour. On reste ensemble jusqu’au km 80 où je prends la tête. Personne ne me suit. Je termine en 2h28 ce qui est excellent pour moi (deuxième meilleur temps). Je parque mon vélo et pars pour la grande fournaise.

velo

Je n’ai pas été déçu, le bitume n’a rien arrangé, il a fait super chaud, près de 36 degrés avec un léger vent de dos à l’aller. Heureusement, le public est extraordinaire et fait oublié toutes les peines. Ce peuple est si chaleureux, c’est incroyable. L’organisateur avait aussi prévu une station de ravitaillement tous les 1,25 km … d’un seul côté de la route. Du coup, pas de souci lors le premier tour puisqu’on était pas nombreux. Pour le deuxième par contre, on a tous expérimenté un stupide chassé-croisé à chaque station. Les Philippins sont assez habitués à un tel cirque, je ne l’étais pas ! Bref, c’était une expérience épique. Eau froide et glaçons ont fait beaucoup de bien. Malgré tout, les 3 derniers km ont été extrêmement pénibles. La cadence s’est vue fortement ralentie pour une moyenne de 5’07/km.

cap

Enfin, on entend le micro de la ligne d’arrivée. Lorsque j’approche de l’arche, j’ai droit à la banderole du premier.

arriveeJe n’ai pas compris directement et trouvais ça plutôt marrant. C’est seulement 20 minutes après, en récupérant mes affaires et mon téléphone que je réalise que je suis en fait premier de catégorie. Quel sentiment super cool. Plusieurs athlètes sont même venus me féliciter, c’était magique.

J’ai fait une excellente course en générale et cette victoire, je la place surtout grâce à la patience sur le semi-marathon ; sans arrêter de courir, sans penser aux douleurs, courir d’une station à l’autre jusque l’arrivée en profitant de ce public généreux et si festif.

Résultat général : 4h50 – 1er de catégorie sur 151 et 36ème au scratch sur 1.425 finishers (2.170 inscrits tout de même, il y a eu beaucoup d’abandons).

Je remercie tout d’abord ma famille qui m’a sans doute pris pour un fou à m’enfermer des heures pour rouler sur place sur le rouleau. Je dois dire que la dernière séance de plus de 3 heures à rouler devant un écran est un record absolu pour moi. Merci encore à Nicolas d’Harveng de #starttoday pour ses conseils et son programme de pros. Je suis épaté de voir qu’il est possible de faire un résultat sur un 70.3 sans même pédaler sur route pendant des mois !

Je remercie mon client #shorr qui m’a beaucoup aidé dans cette préparation finale et pour son beau vélo. Et enfin mon club #trigt et tous nos sponsors #infinitri #arenawaterinstinct #cbd #wantyoubike et #nutribay. Et enfin, merci à vous tous de me suivre et de lire ma bafouille.

Ma prochaine grosse course sera les championnats du monde Ironman 70.3 à Nice le 7 septembre. Une bonne préparation est au planning, sur route cette fois. Quelques petites courses seront au rendez-vous entretemps. Je vous tiens au courant 😉.

Sacha